Manifestation-fonction-publique-22-2018-Paris_0_729_486.jpg

Le mouvement de grève des cheminots est désormais lancé. Soutenu par les forces politiques de gauches, et appuyé par les mobilisations des étudiants, des électriciens, des éboueurs, ce mouvement s’annonce long.

L’hostilité affichée de la plupart des médias, du gouvernement, et de la droite, ne fait que confirmer leurs inquiétudes quant à un mouvement d’ampleur des travailleurs, du public comme du privé. Mais ce qui se joue ici dépasse les cheminots eux-mêmes. C’est là l’avenir de notre service public que, tous ceux participants à ces grèves et ces mobilisations, défendent

La suppression du statut des cheminots n’est, en réalité, qu’un simple écran de fumée. Déjà parce qu’en s’en prenant aux cheminots, en les accablant et en les traitant de privilégiés, le gouvernement, et toute la horde médiatique, contribuent à créer un climat de tensions, et a monter la population contre les cheminots. L’adage vieux comme le monde du diviser pour mieux régner fonctionne à merveille et, en accusant les cheminots de privilégiés, les vrais nantis sont exonérés de toutes critiques.

Mais parler du statut des cheminots, et de sa suppression éventuelle- pour les nouveaux embauchés- permet en même temps d’éclipser la vraie réforme préparée par le gouvernement. L’ouverture à la concurrence de la SNCF marquera la fin du service public ferroviaire.

Sous la pression de Bruxelles qui souhaite toujours plus de libéralisations, menant à terme aux privatisations, des pans entiers de notre service public ont disparu. Electricité, gaz, autoroutes, les exemples se suivent et se ressemblent, en France, comme partout en Europe.

Un bras de fer s’enclenche désormais avec le gouvernement qui refuse tout entendement en se bloquant derrière ses positions et en refusant d’entendre la voix de la raison en prenant en compte les revendications des syndicats. Les caisses de solidarité envers les grévistes se sont multipliés et ont d’ores et déjà atteintes au niveau remarquable, preuve, s’il en fallait, de la compassion et de la solidarité des français envers ce mouvement parti pour durer.


Les liens des différentes cagnottes de solidarité :