Evo Morales a annoncé sa démission le dimanche 10 novembre. Crédits photo : EPA.

C’est décidément un continent qui connaît de multiples bouleversements, et pas toujours dans le bon sens. Il y a quelques semaines Evo Morales remportait, de justesse, les élections générales boliviennes au premier tour. En Argentine le duo formé par Alberto Fernandez et Cristina Fernandez de Kirchner, l’emportait également le 27 octobre dernier, dès le premier tour, chassant du pouvoir l’ultralibéral Mauricio Macri, élu en 2015. Enfin, il y a quelques jours, la justice brésilienne ordonnait la libération de l’ancien président Lula. Tout semblait indiquer les prémices d’une nouvelle vague progressiste en Amérique latine.

Pourtant, le second tour qui opposera, en Uruguay, Daniel Martinez (candidat du Front large) à Luis Alberto Lacalle Pou (Parti national) peut laisser suggérer qu’au contraire les choses seront plus difficiles pour les mouvements de gauche de la région. En effet, face au candidat du Front large (38,51% au premier tour), celui du Parti national (28,26% au premier tour) pourra compter sur le report de voix d’Enersto Talvi (Parti Colorado, 12,20% au premier tour) et de Guido Manini Rios (Cabildo ouvert, 10,72% au premier tour).

Lula est (enfin) libre

L’ancien président du Brésil était injustement emprisonné, sans preuve, depuis avril 2018. Plus qu’une véritable décision judiciaire, son emprisonnement avait surtout ouvert la voie à Jair Bolsonaro, qui avait profité de l’absence de Lula pour l’emporter face à Fernando Haddad, alors que tous les sondages donnaient Lula vainqueur. Preuve de la mascarade de cette décision le juge Moro, qui avait fait condamné Lula, est aujourd’hui l’actuel ministre de la justice du gouvernement de Bolsonaro.

Mais la libération de Lula, fêtée sur tout le continent sud-américain et dans le monde entier par les défenseurs de la démocratie, vient d’être éclipsé par les nouvelles en provenance de Bolivie.

Victime d’un coup d’Etat, Evo s’en va

Parfois il ne faut pas tourner autour du pot. Il faut simplement appeler un chat un chat. Ce qui se passe en Bolivie n’est, ni plus ni moins, qu’un coup d’Etat. L’opposition bolivienne qui scande le mot démocratie dès qu’elle le peut n’a pas accepté le verdict populaire des urnes le 20 octobre dernier. Depuis, le pays connaît des troubles, des manifestations violentes et des actes ignobles, notamment à l’encontre de ceux ayant apporter leur soutien au président Evo Morales.

Face à cette attaque les syndicats, les mouvements indigènes, et les partenaires du Mouvement pour le socialisme (MAS- parti dont est issu Evo Morales) ont appelé ces derniers jours le peuple à défendre ses acquis, et la démocratie. En vain. Ce qui avait échoué au Venezuela et au Nicaragua vient de réussir en Bolivie.

Avant-hier (dimanche 10 novembre) Evo Morales avait d’abord annoncé de nouvelles élections. Mais au fil de la journée des rumeurs se faisaient entendre, ici et là, jusqu’à ce que tombe un communiqué de l’armée qui demandait au président légitime de quitter le pouvoir. Subtil message pour faire comprendre à tous que le refus de démissionner pourrait engendrer un bain de sang. Lâché par la police et par l’armée, dans une région qui, malheureusement, garde en souvenir les putschs militaires contre les gouvernements progressistes au cours du XXe siècle, Evo Morales annonçait sa démission dans une allocution télévisée.

Depuis des scènes de violences ont éclaté dans le pays. Les domiciles d’Evo Morales et d’anciens ministres ont été attaqués, des bus ont été brûlés, l’ambassade du Venezuela a été occupée, des dirigeants proche d’Evo Morales ont été arrêtés, et un mandat d’arrêt est en cours contre ce dernier. Voici le visage de la nouvelle Bolivie. Face à ce drame l’indignation à géométrie variable des médias et de l’UE rayonne, une fois de plus.

Hier, (lundi 11 novembre) la résistance populaire a commencé à s’organiser en Bolivie. De son côté le Mexique, héritier d’une tradition d’asile et d’accueil, vient d’offrir l’asile politique à Evo Morales. A suivre…