Jean-Luc Mélenchon, candidat de l’Union populaire l’a réaffirmé ces derniers jours : les Gilets jaunes condamnés seront amnistiés et les soignants non-vaccinés seront réintégrés. 

Ceci n’est que justice. Alors que le mouvement des Gilets jaunes avait été porteur de nombreuses revendications démocratiques et sociales, les médias et le gouvernement n’ont retenu que la “violence” de certains, invisibilisant au passage ces centaines de milliers de Français qui manifestaient pacifiquement. Pour rappel, d’après le journaliste David Dufresne, 353 manifestants ont été blessés à la tête et 30 ont été éborgnés dans la Patrie des Droits de l’Homme. De tels chiffres ne peuvent que confirmer une chose : il est temps de refonder une police républicaine comme le propose l’Avenir en commun, mais là n’est pas le sujet.  

« Le gouvernement de l’Union populaire réparera tout ce qui peut l’être pour les victimes de l’autoritarisme. Il amnistiera tous les Gilets jaunes condamnés, il garantira et s’assurera du reclassement et de l’indemnisation des victimes d’amputation et d’éborgnement dont la vie a été brisée par les violences policières”, déclarait ainsi Jean-Luc Mélenchon lors de la grande marche pour la VIème République, place de la Bastille, le 20 mars dernier. D’ailleurs, cette amnistie s’étendra aux syndicalistes et aux militants écologistes “réprimés par les abus du pouvoir”. 

Marine Le Pen contre l’amnistie de tous les Gilets jaunes 

Le lendemain de cette déclaration de Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen prévenait : elle s’opposera à l’amnistie de tous les Gilets jaunes condamnés. Voilà qui a le mérite d’être clair. 

Comparateur de programme 

Le 29 novembre 2018, les Directives du peuple- nom des revendications portées par les Gilets jaunes- étaient rédigées à la suite d’une consultation en ligne à laquelle près de 30 000 personnes avaient participé. 42 revendications avaient également été envoyées aux députés et aux médias. 

Sur le comparateur de programme disponible sur le site melenchon2022.fr, on s’aperçoit que ces propositions coïncident à 95% avec celles de l’Avenir en commun. Parmi elles, on trouve par exemple le Référendum d’initiative citoyenne (RIC). 

Parmi les 694 mesures du programme porté par Jean-Luc Mélenchon, plusieurs portent sur la démocratie et l’intervention populaire. Le RIC permettra aux citoyens de révoquer des élus (du simple conseiller municipal au président de la République), de proposer ou d’abroger des lois, mais aussi de modifier la Constitution. 

L’Avenir en commun prévoit également de : 

  • Reconnaître le vote blanc
  • Interdire la sous-traitance des opérations de propagande électorale à des entreprises privées 
  • présenter systématiquement au bureau de l’Assemblée nationale les propositions émises par les citoyens dans le cadre de conventions citoyennes ou d’assemblées créées à cet effet 

Réintégration des soignants non-vaccinés et suppression du pass sanitaire 

Jean-Luc Mélenchon a aussi affirmé qu’il réintégrera les personnels de santé suspendus car non-vaccinés. Quant au pass sanitaire, il sera tout simplement abrogé, au même titre que les lois d’urgence sanitaire.